Économie sociale

De Solecopedia
Aller à : navigation, rechercher

L'économie sociale est classiquement définie en France par les trois types d'organisations qui la composent, donc par des statuts : les mutuelles, les coopératives et les associations, auxquelles on ajoute souvent les fondations.

Au Québec, cepdendant, l'économie sociale représente l'ensemble des acteurs de l'économie sociale et solidaire. Pour une approche complémentaire, se référer à l'économie solidaire.

Principes

Les principes communs qui régissent ces organisations sont :

  • la libre adhésion
  • le but non lucratif : le but de l’organisation sociale n’est pas le profit de ses membres
  • l'indivisibilité des réserves : les réserves de l’entreprise ne peuvent pas être appropriées par les individus
  • la gestion démocratique (un homme = une voix) et la transparence de la gestion

Ce qui importe pour les entreprises d'économie sociale ce n’est pas tant leur statut, leur identité que leur activité et la façon de la réaliser. Dans les entreprises d'économie sociale, le caractère social ne se mesure pas uniquement dans le but visé et l’activité exercée mais également dans la façon dont est exercée cette activité, dans le mode de fonctionnement démocratique de l’entreprise, dans la remise en cause de son projet et de sa portée.

Pour Alain Lipietz, ce qui caractérise l'économie sociale c’est « comment, sous quel statut et quelles normes d’organisation interne on le fait ».

Historique en France

Le terme d’économie sociale apparaît en France vers la moitié du 19ème siècle, pendant l’émergence des associations et coopératives. Ce terme est usité jusqu’au début du 20ème siècle. Il tombe ensuite en désuétude jusque dans les années 70, date à laquelle il réapparaît sous l’impulsion des différents acteurs de cette économie. Ceux-ci créent alors le CNLAMCA (Comité national de liaison des activités mutualiste, coopératives et associatives), actuel CEGES (Conseil des Entreprises et Groupements de l’Economie Sociale).