Coût d'opportunité

De Solecopedia
Aller à : navigation, rechercher

Définition

Le coût d‘opportunité est l‘un des concepts les plus basiques en économie. Une règle économique fondamentale est « ne fais jamais rien qui n‘ait une valeur supérieure au coût d‘opportunité que cela entraîne ». Le coût d‘opportunité exprime l‘idée que pour chaque choix, le véritable coût économique est le sacrifice de sa meilleure alternative. Ou, en d‘autres termes, le coût d‘opportunité est le bénéfice net abandonné car la ressource fournissant le service ne peut plus être utilisée pour sa seconde meilleure utilisation. Par exemple, supposons qu‘un fermier coupe une forêt pour agrandir son champ. Si la perte d‘arbres, de feu de bois et de la fonction de purification de l‘eau est la meilleure alternative à l‘expansion du champ, alors le coût d‘opportunité est la valeur que ceux-ci ont. Un autre exemple serait le choix d‘utiliser une section particulière d‘une rivière pour faire soit du canoë soit une centrale hydroélectrique. Etant donné que la construction d‘un barrage nécessaire à la génération de l‘électricité inonderait les rapides, les deux utilisations sont incompatibles. Le coût d‘opportunité de produire de l‘électricité est donc l‘abandon du profit net tiré du canoë.

Coût d‟opportunité et rareté des ressources

Le concept de coût d‘opportunité est lié à la notion de rareté des ressources. En effet, le système économique englobe une certaine quantité de ressources relativement limitées (terrains, machines industrielles, matières premières, travail). Chaque action implique un coût d'opportunité lié à l‘utilisation d‘une ressource pour un objectif plutôt qu‘un autre. Si quelqu'un choisit de passer du temps à se reposer plutôt qu‘à construire une étagère, le coût d‘opportunité est la valeur de l‘étagère qui aurait pu être produite. Le temps est une ressource rare ; l‘utiliser pour se reposer implique une perte nette d‘opportunité pour faire des étagères. Donc, les coûts d‘opportunité ne sont pas restreints à des coûts monétaires ou financiers : le vrai coût de production perdue, le temps perdu, le plaisir ou tout autre bénéfice devraient également être considérés comme des coûts d‘opportunité. Le coût d‘opportunité peut également être utilisé pour mesurer l‘effet économique de l‘augmentation de la rareté d‘une ressource naturelle, dans ce cas on mesure ce qu‘une société doit abandonner pour obtenir une unité additionnelle de la ressource étudiée. De plus, les différences de qualité d‘une ressource affectent également l‘économie via le coût d‘opportunité. Le coût d‘opportunité est équivalent aux biens et services qui ne peuvent être produits car l‘énergie est utilisée pour produire un bien et service alternatif. Par exemple, l‘énergie utilisée pour récolter du bois ne peut pas être utilisée pour chauffer une habitation.

Utilisations

L‘approche par coût d‘opportunité est une technique très utile lorsque les coûts de certaines utilisations, comme la préservation et la protection d‘habitats, de sites culturels ou de sites historiques, ne peuvent pas être directement évalués. Par exemple, dans un parc naturel, le coût de protection d‘une forêt serait évalué en utilisant le montant du bénéfice que l'on tirerait de la récolte du bois dans celle-ci. De même, dans la proposition d‘ITT de Yasuni en Equateur en 2007, le gouvernement était prêt à abandonner le revenu qu‘il aurait tiré de l‘extraction de 850 millions de barils de pétrole (en prenant en compte les bénéfices liés à la protection de la biodiversité, le droits des populations indigènes et les émissions de CO2 évitées), mais il demanda une contribution extérieure des autres pays devant couvrir la moitié des « coûts d‘opportunité » (c'est-à-dire la moitié des revenus qui auraient été obtenus grâce à l‘extraction et la vente du pétrole).

Difficultés de mise en oeuvre

A ce sujet, le coût d‘opportunité est un instrument crucial pour s‘assurer que les ressources sont utilisées efficacement. Il a été décrit comme exprimant la « relation basique entre la rareté et le choix. » Toutefois, nous devons signaler que les difficultés d‘évaluation des bénéfices tirés de la préservation de l‘environnement peuvent mener à une allocation inefficace des ressources. Le concept de coût d‘opportunité est également au coeur du débat entre l‘économie de l‘environnement standard et l‘économie écologique sur la façon dont ils appréhendent le monde. Alors que les premiers voient l‘économie comme un tout, puisant dans la nature ou l‘environnement comme dans d‘autres secteurs de la macroéconomie (forêts, pêcheries, pâturages, mines, puits, sites d‘écotourisme, etc.), la seconde envisage la (macro) économie comme faisant partie d‘un tout, à savoir la Terre, ses écosystèmes et son atmosphère, et donc d‘un écosystème fini, matériellement fermé et stable. A partir de là, si l‘économie croissait dans le vide (comme elle le fait selon l‘économie standard), elle n‘empiéterait sur rien du tout et sa croissance n‘aurait pas de coût d‘opportunité, elle pourrait donc s‘étendre sans limites. Mais étant donné que l‘économie croît dans un écosystème fini, la croissance de la macroéconomie implique un sacrifice matériel (le coût d‘opportunité). Donc la croissance a un coût et, a un certain moment la croissance continue de la macroéconomie, nous coûtera plus qu‘elle ne nous rapporte. C‘est ce que l‘on appelle la croissance non économique (selon les mots d'Herman Daly). Dans une situation où l‘économie reste marginale par rapport à l‘écosystème (comme par exemple dans le monde pré-industriel), il n‘y aurait pas besoin de stopper la croissance puisque les ressources seraient abondantes et le coût d‘opportunité de l‘expansion économique serait insignifiant. Mais à long terme, avec une croissance continue, nous sommes arrivés à un moment où le coût d‘opportunité de la croissance est signifiant. Selon beaucoup d‘économistes environnementalistes et de partisans de la décroissance économique soutenable, nous sommes déjà dans une telle situation.

Références:

  • H. E. Daly, 2007, Ecological Economics and Sustainable Development, Selected Essays of Herman Daly, Northampton MA: Edward Elgar Publishing.
  • T. M. Crowards, 1998, Safe Minimum Standards: Costs and Opportunities, Ecological Economics, vol. 25 (3), pp. 303-314.
  • James M. Buchanan, 1987, Opportunity Cost, The New Palgrave: A Dictionary of Economics, vol. 3, pp. 718–21.

Liens externes