Karl Polanyi

De Solecopedia
Aller à : navigation, rechercher

Karl Polanyi est un économiste connu pour son ouvrage La Grande Transformation. Il est reconnu comme précurseur de l'économie écologique, et parfois assimilé au mouvement de la décroissance.

Polanyi.jpg

Biographie

Il naît à Vienne en 1886, mais passe sa jeunesse à Budapest. Il grandit au sein d'une famille cultivée de la bourgeoisie austro-hongroise, mais vite confrontée à des difficultés économiques, en raison des déboires de l'entreprise familiale, puis du décès de son père en 1905. Les distinctions scolaires reçues par Polanyi et les cours privés qu'il donne lui permettent alors d'aider sa famille. A l'université, il poursuit des études de droit, et mène une activité militante dans les domaines social et politique. En 1908, en particulier, il devient président d'une émanation de l'Association hongroise des libres-Penseurs, le Cercle Galilée, qui rassemble des étudiants socialistes et libéraux ayant comme devise Apprendre et Enseigner et dont l'objectif est la lutte contre l'illettrisme et la diffusion des idées de progrès au sein des classes populaires. En 1914, il participe à la création du parti radical hongrois et en devient secrétaire. Pendant la Première Guerre mondiale, il sert en tant qu'officier dans la cavalerie austro-hongroise, mais est démobilisé pour incapacité, en 1917, après être arrivé sur le front russe.

A l'issue de la guerre, il retourne à Budapest et reprend son activisme politique. Celui-ci le conduit à quitter Budapest pour Vienne, en 1919, comme Horthy installe un régime fasciste en Hongrie. A Vienne, Polanyi, démocrate radical jusqu'alors, s'affirme durablement comme socialiste. Il exerce la profession de journaliste économique et politique, notamment spécialisé dans les relations internationales. En 1933, la montée du fascisme en Autriche et en Allemagne le conduisent à partir pour l'Angleterre, où il restera jusqu'en 1947, donnant des cours du soir pour gagner sa vie. En 1947, à l'âge de 61 ans, il immigre pour les Etats-Unis, où il vient d'être recruté comme professeur d'économie par l'Université de Columbia, dans l'Etat de New York. A partir de 1950, il doit toutefois résider au Canada, près de Toronto, comme l'ancienne appartenance de son épouse au parti communiste hongrois lui vaut d'être inscrite sur la « liste noire » des personnes jugées indésirables par le gouvernement des Etats-Unis. Polanyi, retraité en 1953, poursuit néanmoins ses activités de recherche en économie jusqu'à sa mort, en 1964. En 1986, ses cendres sont transférées à Budapest.

La grande transformation (1944)

Son ouvrage principal The Great Transformation - La Grande Transformation, n'est traduit que quarante ans plus tard en français. C'est une étude socio-historique de l'économie des puissances en équilibre à la veille et au cours de la Seconde Guerre mondiale. La grande transformation est une étude complète de l'histoire du capitalisme, du XVIIIe siècle jusqu'à la Seconde Guerre mondiale.

Cet ouvrage décrit les rouages économiques des sociétés industrielles, depuis les prémices des Révolutions industrielles anglo-saxonnes. En réaction au courant de l'école classique (Adam Smith, David Ricardo, Jean-Baptiste Say, ...). Polanyi renouvelle l'approche économique par une réflexion qui sera qualifiée de substantiviste, où il prône l'encastrement de l'économie dans la société.

Selon Karl Polanyi, c'est le « désencastrement » de l'économie qui a permis l'émergence du fascisme et du nazisme. En effet, selon lui, la révolution industrielle n'a pas été causée par des innovations techniques (machine à vapeur) mais plutôt sociales. Le marché autorégulé s'est progressivement introduit dans les éléments de la société qui étaient jusqu'ici protégés : la nature, c’est-à-dire la terre, le travail, qui font partie intégrante de l'homme ; et la monnaie, qui est avant tout une construction sociale.

Ces trois éléments constituent des marchandises fictives : ce ne sont pas des marchandises dans la mesure où une marchandise se définit comme quelque chose qui est produit en vue d'être vendu sur un marché, ce qui n'est pas le cas de ces trois éléments. Or, cette dérégulation est pour Karl Polanyi utopique (« Entreprise utopique par laquelle le libéralisme économique a voulu créer un système de marché autorégulateur »), le coût social étant trop important : la société réagit en protégeant ses membres, ce qui entre en contradiction avec le marché autorégulé. Les aboutissements de cette contradiction sont la montée des protections sociales et inter-étatiques (protectionnisme), la crise des années trente, avec l'effondrement des systèmes monétaires, qui laisse place au nazisme et fascisme.

Cet ouvrage lui valut d'être nommé à l'université de Columbia, qu’il quitta en 1953 pour Toronto ou il continua son travail jusqu'à sa mort en 1964.

Principaux ouvrages

  • Trade and Market in the Early Empires (1957), Economies in History and Theory. Traduction française : Les systèmes économiques dans l'histoire et dans la théorie; trad. de Claude Rivière et Anne Rivière. Édition: Larousse, 1975. Collection:Sciences humaines et sociales. Série anthropologie. 348 p; 21 cm
  • The Great Transformation (1944). Traduction française : La Grande transformation : aux origines politiques et économiques de notre temps, trad. Catherine Malamoud et Maurice Angeno, préface (20 pages) de Louis Dumont, Bibliothèque des sciences humaines, Gallimard, Paris, 420 pages, 1983.

Bibliographie

  • Gérald Berthoud, « L'économique en question - la position de Karl Polanyi », Revue du MAUSS, n°18, ancienne série, p. 53-105 et « Homo-polanyiensis - Dichotomie ou totalité ? », Bulletin du MAUSS, 19, ancienne série, p. 115-139, 1986.
  • Le fallace de l'économisme, traduction d'un extrait de The livelihood of Man, H. W. Pearson, Revue du MAUSS, n°18, ancienne série, p. 11-26.
  • Jérôme Maucourant, Jean-Michel Servet et André Tiran, La modernité de Karl Polanyi, L'Harmattan, coll. « Logiques Sociales », 1998.
  • Jérôme Maucourant, « Une lecture de Karl Polanyi », L'Économie politique, no 12 2001/4, p. 90 à 106. Lire en ligne
  • Jérôme Maucourant, « Karl Polanyi, une biographie intellectuelle », Revue du MAUSS, n° 29 2007/1, p. 35 à 62.
  • Jean-Michel Servet, « L’institution monétaire de la société selon Karl Polanyi », Revue Economique (44), 6, novembre 1993, p. 1127-1149. Lire en ligne
  • Ayşe Buğra, « Karl Polanyi et la séparation institutionnelle entre politique et économie », Raisons politiques, n°20 2005/4, p. 37-56. Lire en ligne
  • Alain Caillé et Jean-Louis Laville, « Actualité de Karl Polanyi », Revue du MAUSS, n° 29 2007/1, p. 80-109.
  • Nicolas Postel et Richard Sobel, « Économie et Rationalité : apports et limites de l’approche polanyienne », Cahiers d'économie politique, n° 54 2008/1, p. 121 à 148.
  • Richard Sobel, « Dé-penser l’économique sans Mauss et avec Polanyi », L'Homme et la société, n° 156-157 2005/2-3, p. 169 à 183.

Liens externes