Marché social

De Solecopedia
Aller à : navigation, rechercher



Traduction libre de l’article « Mercado social » du portail de REAS - Red de Redes de Economía Alternativa y Solidaria

Pourquoi un marché social ?

Les initiatives d’économie sociale et solidaire doivent coopérer plus de manière à se consolider et à se développer au sein de marchés de plus en plus démesurés et dérégulés. Intercoopérer dans ce contexte signifie quelque chose d’aussi simple que de mettre la priorité sur nos besoins d’achats de biens et de services, en choisissant comme fournisseur une entité d’économie sociale et solidaire qui, à son tour, met la priorité sur ses achats en nous choisissant comme fournisseurs en demandant un service ou un produit de notre entité.

Mais cette intercoopération doit prendre plus de force et être pratiquée de manière quotidienne par les personnes qui travaillent dans le secteur et par ceux et celles qui veulent exercer leur choix en termes de consommation socialement engagée, en tentant de créer entre tous de nouveaux projets socioéconomiques, en partageant les excédents et les ressources par l’intermédiaire d’associations, de coopératives et de groupes coopératifs.

En ce moment, l ‘économie solidaire est déjà présente dans toutes les phases du cycle économique (production, distribution, consommation et financement). Mais si nous voulons avancer dans notre finalité de transformation sociale par l’intermédiaire de l’économique, nous avons besoin de faire un pas de plus ; nous devons interconnecter tous ces secteurs en montrant et en rendant visibles nos propositions en même temps qu’en renforçant notre intercoopération.

Qu’est-ce que le marché social ?

L’expression Marché Social fait référence à un réseau de production, distribution et consommation de biens et services et apprentissage commun qui fonctionne avec des critères éthiques, démocratiques, écologiques et solidaires, dans un territoire déterminé, constitués autant par des entreprises et des entités de l’économie sociale et solidaire que par des consommateurs et consommatrices individuels et collectifs.

Travailler en réseau par la construction d’un marché social

Le Réseau de Réseau d’Economie Alternative et Solidaire REAS (Espagne) dynamise cette idée de lancement d’un Marché Social, dans lequel chacun des réseaux territoriaux travaille dans l’objectif de connecter les différents marchés sociaux territoriaux dans un réseau au niveau de l’Etat espagnol. Ripess y travaille aussi en mettant au point un standard de communication international de partage de cet outil entre les différents pays.

En ce qui concerne l’organisation du fonctionnement du Marché Social, chaque réseau territorial travaille sur la forme de sa mise en marche, selon ses besoins. Mais nous travaillons vers un objectif commun :

« Construire un espace de consommateurs, fournisseurs et distributeurs dans lequel la citoyenneté puisse exercer son choix de consommation engagée ».

La création du Marché Social prétend mettre en avant :

  • le secteur de l’économie solidaire
  • le secteur des entreprises d’insertion
  • les produits ou services des entités ayant un engagement social
  • le commerce équitable
  • les produits écologiques

Nous pensons qu’il faut construire des instruments, des outils qui nous rapprochent, qui facilitent l’intercoopération et l’appui mutuel ; en effet, ce n’est que comme ça que nous pourrons donner des réponses globales aux différents défis que nous devons affronter en tant que société civile.

En tant que REAS, nous pensons que le Marché Social doit être initié à partir des organisations représentatives des secteurs coopératifs, de l’économie solidaire et sociale et de la consommation responsable. Nous affirmons que la création de ce marché doit être un processus participatif, de manière que s’y engagent dès le début le plus grand nombre possible d’entités qui font le pari de l’économie sociale et solidaire sur notre territoire, apportant des propositions concrètes pour son lancement.

Nous voulons un marché alternatif qui revendique ses différents aspects (production, financement, commerce et consommation) comme moyen – et non comme fin – au service du développement personnel et de la communauté. Un marché dans lequel les entités et entreprises de l’économie sociale et solidaire intercoopèrent pour subsister, croître et représenter des alternatives économiquement réalistes. Un marché dans lequel les petits producteurs reprennent le contrôle de la vente et de la distribution de ce qu’ils produisent et où ils puissent fixer le prix de leurs produits ou le fixer de commun accord avec le consommateur et qui agglutine les efforts des citoyens et citoyennes responsables, pour multiplier la force que possèdent les consommateurs de manière isolée.

La création d’un Marché Social prétend créer des réseaux qui facilitent la mise sur le marché des entreprises sociales et solidaires, produits du commerce équitable, de l’agriculture biologique dans lesquels les citoyens et citoyennes puissent visualiser d’une manière intégrée une grande quantité de produits et services qui, jusqu’à présent, ne se sont pas présentés en commun comme étant de l’économie sociale et solidaire.

C’est-à-dire que tous les produits et services soient générés par les entités de l’économie sociale et solidaire selon des critères de responsabilité sociale, développement durable, équité, etc.

En résumé, nous parlons du besoin d’un marché social comme d’une alternative, en définitive, au modèle économique dominant, en tant qu’ instrument de transformation et de justice sociale qui soutient un développement durable et participatif.

Nous prétendons par cela donner de la force à la visibilité, viabilité et soutenabilité des entités de l’Economie Sociale et Solidaire et, en particulier, créer des circuits alternatifs au commerce conventionnel dans la perspective de la consommation responsable.

Les intégrants du marché social seront :

  • des entreprises et des entités sociales et solidaires productrices de biens intermédiaires ou finaux qui remplissent les critères établis (Respect de l’environnement, Emploi stable et de qualité, Insertion des collectifs défavorisés, Engagement avec le milieu, Démocratie et participation, Ne pas avoir le bénéfice économique comme seule finalité, Egalité, Coopération, Transparence, Finalités Sociales, Enracinement dans le territoire, Qualité, Amélioration de la législation en place, Autres…)
  • Entreprises et entités sociales et solidaires de distribution (coopératives de consommation et de transport et logistique, réseaux d’échanges, magasins de commerce équitable et d’agriculture biologique…) qui remplissent les critères établis.
  • Les consommateurs et consommatrices conscients et responsables, c’est-à-dire, les personnes qui achètent en suivant des critères écosociaux. Les Consommateurs et consommatrices qui ne se content pas de faire des achats mais souhaitent cheminer ensemble dans cette transformation du marché et de l’économie.

En plus le Marché Social comptera avec d’autres marchés de soutien :

  • Marché financier. Des coopératives de services financiers, coopératives de crédit, fonds d’investissements des sections de crédits, bons solidaires pour couvrir les nécessités de financement. Il s’agit de renforcer et multiplier les expériences comme la Coop57.
  • Bourse de travail pour les entreprises et entités sociales et solidaires intégrées par des personnes intéressées à travailler dans ce type d’entreprises.
  • Services d’appui : Organisations de représentation et appui général : fédérations des entreprises sociales, associations, fondations, moyens de communication réceptifs, etc
  • Centres de formation, conseil et prospective : écoles, observatoires de tendances socioéconomiques, entreprises d’audit social, etc.

Comment cela fonctionnerait-il ?

Chaque composante (nœud du réseau), entreprise sociale ou consommateur individuel, cherche à consommer le maximum de biens et de services produits par le reste des composantes du marché social.

Les biens et services qui circulent dans le marché social remplissent trois critères : être socialement utiles, être écologiquement durables et avoir été produits avec équité et démocratie.

Chaque composante contribue a créer de nouvelles entreprises sociales liées au marché social, de manière à compléter et à fermer les cycles productifs. Le marché social, en plus de biens et de services, génère un apprentissage collectif, de l’innovation technologique, de la culture, des relations sociales, des projets, des valeurs, etc.

REAS - Red de Redes de Economía Alternativa y Solidaria Susana Ortega Novembre 2009