Monnaies complémentaires

De Solecopedia.



Les monnaies complémentaires communautaires ou monnaies sociales sont un vaste groupe de monnaies et de systèmes de bons conçus pour être utilisé en combinaison avec des monnaies standards ou d'autres monnaies complémentaires. Elles peuvent être évaluées par rapport aux monnaies nationales, ou échangées avec elles, elles fonctionnent néanmoins comme un moyen d'échange à part entière. Les monnaies complémentaires sont en dehors du cadre national du cours légal, et n'ont donc pas cours légal. Taux de change, zone de circulation et utilisation avec d'autres monnaies diffèrent grandement entre les différents systèmes de monnaie complémentaire, comme dans le cas des systèmes de monnaie nationale.

La plupart des monnaies complémentaires communautaires incluent des échelles de valeur basée sur le temps. Une monnaie basée sur le temps est évaluée par le nombre d'heures passées pour réaliser un service, indépendamment de la valeur de marché potentielle du service.

Des monnaies complémentaires incluent le principe de la monnaie fondante, une dévaluation intentionnelle de la monnaie à travers le temps, semblable à un taux d'intérêt négatif. Cela stimule les échanges de la monnaie dévaluée, propage une participation étendue au système de monnaie et décourage le stockage de la richesse (thésaurisation) pour lui préférer des outils qui stockent la valeur de manière plus permanente comme la propriété, l'amélioration, l'éducation, la technologie, la santé, etc.

D'autres systèmes de monnaie complémentaire communautaire utilisent de forts taux d'intérêts pour promouvoir une forte compétition entre les participants, et le retrait de la richesse de structures qui la maintiennent à long terme (richesse naturelle, matérielle, propriété, etc.) pour aider le processus d'industrialisation rapide, de production de masse, d'automatisation et d'innovation compétitive.

La capacité à spéculer est en général absente des paramètres de conception des monnaies complémentaires. Les monnaies complémentaires sont souvent, et de manière intentionnelle, restreintes dans leur étendue régionale, dans leur durée de validité ou dans leur secteur d'utilisation. Elles peuvent nécessiter d'être membre d'une communauté d'individus.

1 Historique

Les monnaies complémentaires ont toujours existé aux côtés des monnaies officielles. Elle se développent plus particulièrement en période de crise, car elles jouent un rôle contra-cyclique, comme c'est le cas constaté (par des économistes) pour le WIR, une monnaie complémentaire instituée en Suisse depuis 1934. Ce développement se produit aujourd'hui à un rythme soutenu depuis les années 1990. En Argentine, au plus fort de la crise monétaire provoquée par la parité du peso et du dollar, ce sont plus de deux millions de personnes qui participaient à une monnaie locale (au moins) du réseau Red Global de Trueque. Les monnaies complémentaires ne sont pas réservées aux pays pauvres, puisqu'elles sont présentes sur toute la planète, du Japon aux Pays-Bas, en passant par le Bangladesh et le Mexique. De plus en plus de collectivités locales témoignent également un intérêt pour ces systèmes.

Un des principaux spécialistes des monnaies complémentaires, Bernard Lietaer, dénombre quelques 5 000 monnaies locales actuellement en activité de par le monde. Il signale que plusieurs périodes de l’histoire ont utilisé des monnaies fondantes (taux d’intérêt négatifs). Par exemple, les dynasties égyptiennes ou les royaumes du moyen âge du Nord de l’Europe avaient mis en place une monnaie locale fondante, complémentaire de la monnaie officielle. Contrairement aux croyances habituelles, ces sociétés connaissaient une forte expansion économique qui leur a permis de financer les chantiers des pyramides et les grandes cathédrales.

2 Liens

Outils personnels
Autres langues