Science post-normale : Différence entre versions

De Solecopedia
Aller à : navigation, rechercher
 
Ligne 3 : Ligne 3 :
  
  
[[]]
+
[[Fichier:Postnormalscience.gif]]<br>
 
 
 
Figure 1: Diagramme de la Science Post-Normale
 
Figure 1: Diagramme de la Science Post-Normale
 
(Source: Funtowicz et Ravetz 2008)
 
(Source: Funtowicz et Ravetz 2008)

Version actuelle datée du 3 avril 2012 à 22:53

La Science Post-Normale (PNS – Post-Normal Science) est un concept proposé par Silvio Funtowicz et Jérôme Ravetz qui propose une nouvelle conception de la gestion des problèmes scientifiques complexes. La PNS fut présentée pour la première fois à la conférence inaugurale de la Société Internationale d‘Economie Ecologique en 1990. En science « normale », l‘incertitude, les valeurs et les perspectives plurielles ont tendance à être négligées, alors que selon la vision « post-normale », ce sont des éléments à part entière de la science. Des décisions politiques difficiles sont souvent nécessaires dans les cas où il n‘existe que des jugements de valeurs subjectifs, en opposition avec les faits « durs » et objectifs présentés par la science traditionnelle. Donc, dans les cas où les faits sont incertains, les valeurs en contradiction, les enjeux élevés et qu‘une décision urgente est nécessaire, une stratégie basée sur la PNS est préconisée. Au contraire, lorsque les incertitudes et les enjeux sont moins élevés, une approche traditionnelle basée sur des avis d‘experts, comme on la retrouve en science appliquée ou la consultance professionnelle, peut être efficace (Figure 1). La Science Post-Normale part du principe que les défis auquel la politique scientifique actuelle fait face ne sont pas caractérisés par des phénomènes simples, réguliers et certains. Ainsi, à propos de beaucoup de problèmes environnementaux, sanitaires ou de soutenabilité, les réponses fournies par la science « normale » sont nécessaires, mais ne suffisent pas. Le cas d‘étude du CEECEC élaboré par A Sud sur les conflits autour des déchets en Campanie (Italie), par exemple, est présenté comme un problème du domaine de la Science Post-Normale. Dans ce contexte, la PNS apporte une structure cohérente pour une participation étendue dans le processus de prise de décision, au sein duquel l‘assurance de qualité des décisions qui sont prises se base sur un dialogue ouvert constant entre tous les acteurs affectés (ce que Funtowicz et Ravetz appellent « une communauté de pairs étendue »).


Postnormalscience.gif
Figure 1: Diagramme de la Science Post-Normale (Source: Funtowicz et Ravetz 2008)


Eléments et principes de la Science Post-Normale

Les principes et les éléments les plus importants de la PNS incluent (Funtowicz et Ravetz, 1990 ; Funtowicz et Ravetz, 1994) :

La gestion scientifique de l‟incertitude et de la qualité

Dans les problèmes que traitent la PNS, les caractéristiques des incertitudes sont larges, complexes et moins bien comprises que dans la science quantitative mature. Donc, la gestion des incertitudes devrait se baser sur des lignes directrices explicites et un ensemble crédible de procédures, similaire à celles proposées dans le système de notation du NUSAP (http://www.nusap.net). Les catégories du NUSAP signifient « Numéraire », « Unité », « Dispersion », « Evaluation », et « Pedigree » et permettent d‘exprimer les différents types d‘incertitudes sous forme standardisée et de les présenter de façon transparente à tous les acteurs impliqués dans le processus politique.

Le principe de qualité, compris comme une propriété de l‘information scientifique, est central à la gestion de l‘incertitude dans la PNS. Cela permet de gérer l‘incertitude irréductible et la complexité éthique qui sont centraux à la résolution de problèmes élaborés. Par conséquent, la PNS prône le développement de nouvelles normes de preuves et de discours, afin d‘étendre le savoir à toutes les communautés dans le but de s‘assurer de la qualité des décisions prises. Donc, l‘un des principes de base de la PNS est l‘inclusion de non-initiés, comme par exemple des citoyens et d‘autres non-experts, pour évaluer la qualité de l‘information. La PNS part du principe que toutes les personnes désirant s‘investir et participer à la résolution d‘un problème enrichiront les débats politiques, même lorsque ceux-ci comprennent un aspect scientifique.

La multiplicité des perspectives et des engagements

Au fur et à mesure que les processus politiques deviennent des dialogues, le savoir est « démocratisé », permettant une diversité de perspectives légitimes et d‘engagements. A nouveau, le principe de base du dialogue lors de la résolution d‘un problème à l‘aide de la PNS est la qualité plutôt que la « vérité ». La plupart des problématiques complexes impliquent une pluralité d‘acteurs et de multiples dimensions d‘analyse qui sont difficiles à condenser en une seule échelle de mesure. On accepte donc qu‘il n‘existe pas de distinction entre les « experts » et les « non-initiés », tous deux sont par conséquent nécessaires pour comprendre la problématique générale. Modifier les processus de décision est donc nécessaire et requiert la création des conditions adaptées à l‘identification et à l‘implication de la communauté concernée, il s‘agit de rentrer dans le domaine de la démocratie participative. La contribution des acteurs sociaux n‘est pas uniquement comprise comme une façon d‘élargir la démocratie participative, elle est également interprétée comme un apport légitime de savoir. Ces communautés étendues de pairs sont de plus en plus souvent mises sur pied, sous différentes formes et différents arrangements de pouvoir comme par exemple les « jurys citoyens », les « focus group », ou les « conférences de consensus ».

La structure intellectuelle et sociale reflétant les activités de résolution de problèmes Contrairement aux modèles précédents, la PNS n‘essaye pas de créer des fondations conceptuelles unifiées ou de déterminer les frontières de son champ de recherche. Par conséquent, l‘unité de base d‘une recherche PNS est initialement dérivée d‘un engagement éthique à la résolution d‘un problème plutôt que d‘une base partagée de savoir. Cet engagement pousse les acteurs sociaux à réaliser les activités nécessaires à la résolution du problème ainsi qu‘à dialoguer. Dans ce contexte fluide, les processus d‘assurance de la qualité maintiennent l‘intégrité de la structure intellectuelle qui constitue la recherche, supportés dans cette tâche par les structures institutionnelles ou les arrangements appropriés. Un cas d‘étude plus approfondie sur la Science Post-Normale (« Décisions environnementales sous conditions de complexité ») ainsi que du matériel additionnel peuvent être retrouvés sur www.nusap.net.

Références

  • Funtowicz, S., Ravetz, J. 1990. Uncertainty and Quality in Science for Policy. Kluwer Academic Publishers, the Netherlands.
  • Funtowicz, S., Ravetz, J. 1993. Science for the post-normal age, Futures 25 (7), 739–755.
  • Funtowicz, S., Ravetz, J. 1994. The Worth of a Songbird: Ecological Economics as a Post-normal Science, Ecological Economics, 10(3):197-207.
  • Funtowicz, S., Ravetz, J. (Lead Authors); International Society for Ecological Economics (Content Partner); Robert Costanza (Topic Editor). 2008. "Post-Normal Science." In: Encyclopedia of Earth. Eds. Cutler J. Cleveland (Washington, D.C.: Environmental Information Coalition, National Council for Science and the Environment). [First published in the Encyclopedia of Earth September 18, 2006; Last revised December 22, 2008; Retrieved January 8, 2010].

Sites Web