Villes en transition

De Solecopedia
Aller à : navigation, rechercher

En réponse à la double pression du pic pétrolier et du changement climatique, en 2007, quelques communes pionnières au Royaume Uni, en Irlande et ailleurs ont adopté une approche fédératrice et globale pour réduire leur bilan carbone et mieux se préparer aux bouleversements qui accompagneront le pic pétrolier. Elles ont pris le nom de Transition Towns, ou Initiatives de Transition, Modèle de Transition ou Villes en transition en français. Le mouvement s'est étendu depuis le Royaume Uni à d'autres pays anglosaxons : Australie, Nouvelle-Zélande, Etats-Unis, Canada mais aussi au Chili, Japon, Italie, Allemagne, Finlande, etc.


Les Villes en transition qu'est-ce que c'est?

Il s'agit d'un ensemble de principes et de pratiques formées à partir des expérimentations et des observations des communes lorsqu’elles ont commencé à travailler sur la résilience locale et la réduction des émissions de CO2, qui aboutit sur des efforts de relocalisation, conçu pour développer un cadre de vie plus épanouissant, aux liens sociaux plus forts et plus équitables. On retrouve ici une démarche de développement durable, de décroissance énergétique, utilisant des outils tels les indicateurs de résilience ou les monnaies complémentaires.


Une prise de conscience préalable

Etre en accord avec le Modèle de Transition suppose d’approuver les points suivants :

  • Le changement climatique et le pic pétrolier nécessitent d’agir de façon urgente
  • Vivre en consommant moins d’énergie est inévitable et il est préférable de s’y préparer plutôt que de se laisser prendre au dépourvu
  • Les sociétés industrialisées ont perdu la résilience nécessaire pour affronter les chocs énergétiques
  • Nous devons agir ensemble, et nous devons le faire dès maintenant
  • Le modèle d’économie et de consommation qui accompagne la mondialisation, à savoir une croissance infinie dans un monde fini, est physiquement impossible.
  • Nous avons développé des trésors d’ingéniosité et d’intelligence dans la course à l’énergie durant les 150 dernières années. Il n’y a aucune raison pour que nous ne soyons pas capables d’en faire autant, et même davantage, dans la descente énergétique qui nous attend après le pic.
  • Si nous nous préparons suffisamment tôt, en libérant nos forces de création et de coopération, nous pourrons avoir un futur plus enrichissant, épanouissant,convivial et accueillant que ce que nous offrent nos styles de vie actuels.


Des indicateurs de résilience

La résilience est la capacité d’un système ou d’une commune à résister aux impacts de son environnement extérieur. Des indicateurs permettent de la mesurer. En général, la façon la plus simple de mesurer la réduction d’un bilan carbone se fait par celle des émissions de CO2. Toutefois, réduire le bilan carbone tout en omettant de renforcer la résilience est une réponse insuffisante lorsqu’on essaie de traiter à la fois le pic pétrolier et le changement climatique.

Alors, comment faire pour déterminer si la résistance de l’organisme en question augmente ? Les indicateurs de résilience pourraient ressembler à ce qui suit :

  • le pourcentage de nourriture produite localement
  • le pourcentage de monnaie locale en circulation sur le total de la monnaie en circulation
  • le nombre d’entreprises appartenant à des propriétaires locaux
  • le trajet moyen domicile-travail des personnes travaillant dans la ville
  • le trajet moyen domicile-travail des personnes habitant la ville mais travaillant ailleurs
  • le pourcentage d’énergie produite localement
  • le nombre de bâtiments construits en matières renouvelables
  • la proportion de produits de base fabriqués au sein de la commune dans un rayon d’action donné
  • la proportion de déchets compostables effectivement compostés

Source

Guide des Initiatives de Transition, Comment mettre en oeuvre la transition d'une commune, d'un quartier, d'une ville, d'un village et même d'une île.Ben Brangwyn et Rob Hopkins


Liens externes